L’ère des médias s’impose!

Censurez, censurez et on vous censurera! Fermez, fermez et on vous fermerait !
Arrêtez, arrêtez et on vous arrêtera! Finalement vous avez oublié ceux qui font beaucoup trop de bruits que les chaînes de radio et télévision.

Oups! La vraie cible…
Et le coût des forfaits…revu à la hausse!
Malgré tout, nous y sommes, nous y seront toujours.
Comment, vous n’avez pas encore  » twitté » aujourd’hui?
N’avez pas encore fait un clin d’œil sur Facebook ou alors regarder et télécharger une vidéo sur YouTube? Même pas visiter le nouveau blog Congo défis sur WordPress?
C’est stupéfiant! Car, notre époque  de réseaux et d’applications, tout le monde n’est pas dans distraction. Il est sans cesse en mouvement et reste connecté dans ses déplacements, de nuit comme de jour, bien évidemment.

Katanga wiwpedia
Carte de la RDC. Source : Wikipedia Commons

Le merveilleux nouveau monde des médias a insolemment jeté par-dessus bord les théories des Sciences de l’Information et de la Communication, cosmos illimité de la liberté d’expression, a fait apparaître de nouveaux canaux, de nouveaux formats, de nouveaux contenus.

Une ère passionnante dans  cette « nation des médias  » qu’est la République Démocratique du Congo où, jusqu’à preuve de contraire le gouvernement n’a toujours pas réussi à prendre le contrôle total comme pour l’audiovisuel (radio et télévision) , voire la Presse. Les réseaux sociaux sont une affaire de tous, n’excluent personne. Même les apolitiques…
Ça, c’est de la matière sensible…

L’information n’est désormais plus les grandes éditions du soir, du matin et moins encore de midi. C’est plutôt ce que  réceptionnons et consommons instantanément sur les réseaux en lignes.

Un danger! Ils sont comme une poubelle, on y jeté du n’importe quoi.
Les adeptes de telle…y sont actifs, antagonistes de telle…également.
On dirait un couteau du diable.

Aucune commission de censure malheureusement ne régit cet outil de promotion du pluralisme d’opinions.  Malgré tout, on ne lâchera pas librement ici aussi pour nous trouver en fin par terre comme susvisé…

Il s’organise « très bien », ce désordre.
Il octroie à tout un chacun le pouvoir de sélection et rétention, selon ses passions, sentiments, son idéologie,… mais aussi celui d’y jeter ses « immondices  » à la merci de telle…

Il est donc à éveiller les consciences des usagers de bien vouloir tirer attention et intérêt de ce qu’il y jeté et y trouve, question  de garder sa personnalité en bonne santé, préserver sa crédibilité, dignité vis-à-vis du monde.

Vous l’aviez déjà entendu?
Le couteau du diable est longueur énorme, à double tranchant. Il suffit donc d’en faire mauvaise usage pour qu’il vous égorge et guillotine, en secondes.
Un seul mot suffit, n’est-ce pas?